» » » Comment surmonter la peur de l’échec ♜

Comment surmonter la peur de l’échec ♜

Publié dans Entreprendre | 0

Il est tout à fait normal d’avoir peur d’échouer. Mais quand cette peur est telle qu’elle vous empêche d’oser, il devient alors impossible de sortir de votre zone de confort et d’évoluer. Peu importe ce que vous décidez d’entreprendre, l’incertitude du résultat est inévitable. Il faut apprendre à vivre avec cette peur pour avancer. S’il ne s’agit pas pour autant de se lancer dans un projet sans réfléchir, il n’est pas non plus question d’envisager toujours le pire au point de renoncer à tout. Cet article a pour but de vous rassurer et de vous aider à dire «oui» à la vie tout simplement.

 

De quoi avez-vous vraiment peur?

 

Avez-vous déjà imaginé tout un scénario catastrophe pour finalement vous rendre compte que tout cela était complètement injustifié? La réponse est certainement oui. Félicitations, vous êtes normale! Pour lutter contre ce phénomène, prenez du recul sur vos peurs et relativisez.

Si vous avez un trou de mémoire lors d’une prise de parole en public, est-ce si terrible? Vous pouvez toujours jeter un coup d’œil à vos notes et reprendre votre discours comme si de rien n’était. Et même si le public s’en est rendu compte, ne sont-ils pas humains eux aussi? Vont-ils réellement passer toute la semaine à se moquer de vous? Non, croyez-moi, ils sont bien plus préoccupés par eux-mêmes!

Refuser l’opportunité d’exposer vos idées devant un public (et donc toutes les opportunités qui pourraient vous être offertes par la suite) par peur d’avoir un trou de mémoire et d’être jugée négativement par les autres serait bien plus dommageable que d’avoir ce fameux trou de mémoire. En d’autres termes, vous avez plus à gagner si tout se passe bien qu’à perdre s’il se produit un incident. De plus, dans ce cas précis, le risque n’est pas énorme… même si le pire scénario devait se produire, vous seriez totalement en mesure de faire face à cette situation.

Ayez confiance en vous! Vous êtes suffisamment intelligente pour réagir aux événements quand ils arrivent. Evaluez le risque et si vous estimez que le jeu en vaut la chandelle, lancez-vous! Quand vous décidez d’aller de l’avant, vous vous sentez automatiquement plus forte pour affronter les éventuels imprévus.

 

L’inaction est confortable mais loin d’être satisfaisante

 

Si vous restez dans votre zone de confort, ne vous attendez pas à accomplir de grandes choses. Vous ne vivrez pas votre rêve si vous rêvez votre vie au lieu de passer à l’action. L’action a une issue incertaine, l’action peut faire mal, l’action comporte des risques mais seule l’action est concrète et donc apporte des résultats! Pas forcément les résultats que vous attendez certes, mais au moins vous aurez de nouveaux éléments pour avancer et vous ne ferez pas les mêmes erreurs deux fois. Dans tous les cas, vous apprenez et donc vous progressez.

Inversement, l’inaction est synonyme de stagnation, une situation dont il n’y a rien à retirer et qui mène le plus souvent à la dépression. Nous n’avons qu’une vie, n’est-ce pas dommage de ne pas essayer de la vivre pleinement? Or, la vie est dans le mouvement. Toutes les personnes qui ont réussi (peu importe le type de réussite dont il s’agit) ont eu le courage de faire un premier pas puis un autre…etc vers leur objectif. Rien ne s’est fait par miracle, ni du jour au lendemain. Leur réussite est le résultat de leur audace, de leurs efforts, de leur persévérance et peut-être aussi d’une part de chance qu’ils ont pu provoqué en travaillant dur. Alors osez sortir de votre zone de confort! Forcez-vous au départ puis dépasser vos limites finira par devenir une habitude, un véritable état d’esprit.

 

Le véritable échec, c’est arrêter d’essayer

 

On associe souvent au mot «échec» un caractère définitif. Comment ça? Tout serait fichu juste parce que ça n’a pas fonctionné du premier coup? Tant qu’il y a du mouvement, tout est encore possible! A partir du moment où vous tirez des leçons de vos erreurs et que vous faites en sorte de ne pas les reproduire, vous augmentez vos chances de réussir à la prochaine tentative. Inversement, le succès n’est pas non plus permanent, il faut travailler pour le maintenir. D’où l’idée que j’ai développée dans l’article précédent, selon laquelle il convient de choisir des objectifs qui vous tiennent vraiment à cœur afin d’avoir la motivation nécessaire pour ré-essayer sans cesse jusqu’à ce que ça marche.

Autre point important, l’échec est un événement. Il ne vous caractérise pas en tant que personne. Il fait partie de la vie et tout le monde fait des erreurs. Inutile donc de vous autoflageller, mieux vaut accorder plus d’attention aux objectifs que vous cherchez à atteindre.

Vous venez d’échouer, donc d’apprendre. Vous êtes désormais une version plus mature de vous-même. Alors que vous pensez que votre échec vous éloigne de votre rêve, c’est tout le contraire! Vous êtes passée à l’action, vous n’êtes plus dans le rêve mais dans la réalité, vous êtes sur le bon chemin! Bravo, vous êtes actrice de votre propre vie!

Répondre